Assurance de prêt, comment éviter les pièges des banques ?

comparer assurance emprunteur

Les lois sur les assurances emprunteur ont beaucoup évoluées dernièrement, la stratégie des banquiers aussi. Ils se sont adaptés à ces nouvelles réglementations qui leur sont défavorables en développant des arguments souvent limites et parfois mensongers (Ce n’est heureusement pas le cas de la majorité des conseillers bancaires, mais les cas ou le banquier embrouille son client pour qu’il signe l’assurance emprunteur de sa banque sans la comparer à d’autres, n’est pas rare)

Depuis peu, les consommateurs français ont vu leur droit en matière d’assurance emprunteur, évoluer dans le sens d’une ouverture totale à la concurrence. Auparavant les banques « se régalaient » puisqu’elle vendaient du prêt immobilier en exigeant qu’il soit couvert par une assurance et vendaient donc donc en même temps du crédit et de l’assurance emprunteur (Ou celle d’un partenaire avec un pourcentage….bien sûr)

Désormais les règles ont changées avec les lois Lagarde, Hamon, et plus récemment Sapin2. Bien que les banques obligent toujours les emprunteurs à souscrire une assurance de prêt immobilier. Elles ne peuvent plus imposer leur assurance emprunteur. Les accédants à la propriété peuvent maintenant contracter le crédit dans une banque et assurer ce prêt ailleurs.

Le lobby des banquespouce ok a bien essayé de dissuader les parlementaires de voter ces lois (surtout la dernières, la loi Sapin 2), ils ont seulement pu en retarder l’échéance. Mais ces lois sont passées et sont bel et bien en vigueur. Elles permettent à de nombreux ménages de faire des économies substantielles.

 

Les banques et organismes de crédit doivent se plier à ces nouvelles dispositions mais tentent toujours de faire signer leur assurance de crédit aux emprunteurs. Voici ce qui risque de se passer si vous souscrivez un prêt immobilier.

encart assurance emprunteur

Plusieurs subterfuges peuvent être utilisés par les conseillers bancaires, encore une fois il faut préciser que la plupart sont corrects et insistent un peu sans plus mais d’autres le sont moins. Voici quelques phrases que vous pourrez entendre lors d’un rendez vous à votre banque :

Premier argument : « Nous avons mis au point une assurance pour couvrir votre prêt, elle couvre tous les aléas de la vie, l’avantage c’est que vous n’aurez qu’un seul prélèvement chaque mois, il intègre le remboursement du crédit et celui de la prime d’assurance. Tous nos clients la prennent »

  • En principe, il devrait vous aviser que vous pouvez prendre une autre assurance que la sienne. Cette argumentation est classique, il ne vous ment pas, il omet juste juste de vous dire l’essentiel.
  • L’argument consistant à avoir une seule échéances au lieu de deux ne tient pas : Préférez vous avoir un prélèvement mensuel de 980 euros qui intègre le crédit et l’assurance ou bien un prélèvement de 900 euros pour le prêt et un autre de 50 euros pour l’assurance ? Ce n’est qu’un exemple mais il est parlant.
  • Et si jamais c’est vrai que tous ses clients la prennent, c’est dommage pour eux car dans ce cas la grande majorité d’entre eux aurait pu faire des économies en optant pour une délégation d’assurance emprunteur.

 Deuxième argument : « Si nous vous accordons le taux d’intérêt que vous demandez, la banque ne gagnera rien (Ou bien perdra de l’argent). Néanmoins nous pouvons accepter si vous prenez aussi notre assurance emprunteur obligatoire.

  • Pour ce qui est de l’assurance obligatoire, c’est vrai puisque si vous n’assurez pas l’emprunt, la banque refuse le prêt.
  • Pour le reste c’est archi faux, Une banque qui ne gagne rien sur un prêt ? Et puis quoi encore ! Quand à dire qu’elle en perd, c’est absolument impossible, puisque la loi interdit à une banque d’accorder un crédit à perte.
  • En ce qui concerne le deal consistant à souscrire l’assurance pour compenser une perte de la banque sur le crédit, c’est pitoyable. De toutes façons si vous donnez votre accord, ce ne sera que verbal et vous pourrez par la suite faire ce que vous voulez.
  • Astuce : Étant donné que vous avez à faire à une personne qui exerce sur vous une sorte de chantage, vous pouvez vous permettre sans remord de le contrer. C’est simple faites semblant d’accepter ce deal douteux. Il vous enverra une offre de prêt. A partir de ce moment, le taux qui y est indiqué ne peut plus être augmenté (*). Et vous pouvez alors contacter divers assureurs pour faire marcher la concurrence. Le banquier ne pourra pas refuser votre demande de délégation d’assurance emprunteur. Et ne pourra pas non plus modifier le taux accordé. Certes vous n’allez pas vous faire un copain banquier, mais peu importe, vous aurez gagné de l’argent en respectant la loi en faisant mine de tomber dans le « piège  limite chantage » qu’il vous tendait.

Troisième argument : « Nous vous proposons notre pack qui comprend le crédit immobilier et l’assurance emprunteur obligatoire, c’est très avantageux mais il faut prendre les deux à la fois »

  • Bah voyons ! C’est bien sûr, un pack ! Si le 1er conseiller était malin, si le 2ème était menteur, celui ci obtient la palme d’or, c’est un escroc ! En voici la preuve :  Essayez de trouver le mot « pack » dans l’offre, ou le termes « assurance emprunteur indissociable du crédit immobilier ». Vous ne les trouverez pas, car c’est un escroc mais certainement pas un idiot. (En effet il risquerait de gros problèmes en insérant une de telle clause dans l’offre de prêt)
  • La parade : C’est la même que dans le cas numéro 2. Laissez le dire. Et sortez votre joker après l’émission de l’offre de prêt.loi sapin2

Si a la lecture de cet article vous vous apercevez que vous avez contracté l’assurance du banquier sans comparer, vous perdez sans doute de l’argent chaque mois, mais ce n’est pas irréversible. La loi Sapin2 permet aux emprunteurs de changer d’assurance de prêt chaque année à la date anniversaire de l’offre de prêt. Nous avons d’ailleurs consacré un article à ce sujet.

(*) L’offre de prêt est valable pendant un mois à compter de la réception du courrier. Par conséquent si vous voulez prendre une assurance individuelle en délégation, vous n’avez pas de temps à perdre. Inutile de vous dire que si vous demandez la délégation après ce délai, le taux ne sera plus le même ensuite !

Assurance de prêt, comment éviter les pièges des banques ?
Rate this post
Publié dans Conseils et législation sur l'assurance emprunteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.