Assurance emprunteur, les erreurs à ne pas faire

comparer assurance emprunteur

Que fait-on lorsque l’on achète un bien d’une valeur conséquente tel qu’une automobile par exemple ?

  1. On négocie le fermement prix.
  2. Il en est de même pour le recherche du financement du véhicule, on met en concurrence plusieurs crédits auto.
  3. Et bien souvent on demande plusieurs devis d’assurance véhicule.

Tout cela est logique, car mis bout à bout, les économies ainsi générées peuvent atteindre plusieurs centaines ou milliers d’euros.

Comment se comportent généralement  les consommateurs lorsque qu’ils décident de devenir propriétaires ?

assurance vigilance

  1. S’il s’agit d’un projet de construction de pavillon, ils négocient le prix avec le constructeur. Si c’est un achat de maison ou d’appartement ancien, ils pratiquent de la même manière avec le vendeur ou l’agence immobilière.
  2. Le financement fait bien sûr l’objet d’une recherche du meilleur taux d’intérêt auprès de plusieurs établissements bancaires. Et c’est normal car une différence de quelques dixièmes de points peut entrainer des économies substantielles.
  3. Par contre : 4 consommateurs sur 5 signent ensuite l’assurance emprunteur de la banque qui leur octroie ce crédit ! Cherchez l’erreur ?

Un exemple concret.

  • Monsieur Dubois a trouvé la maison dont il rêvait, elle est mise en vente 200 000 euros.
  • Il a donc discuté le prix de la maison, (En fait, il a fait comme tous le monde et à réussi à faire baisser le prix de 3% environ), finalement , il la paiera 194 000 euros.
  • Dans un deuxième temps, il a mis en concurrence plusieurs banques dont la sienne, en fin de compte après d’âpres négociations son conseiller bancaire lui a fait la meilleure offre en revoyant le taux initialement proposé qui passe ainsi de 1.80%. à 1.65%, soit une économie de 15 euros/mois. Ce qui sur la durée du crédit qui est de 20 ans représente 3600 euros. Il signe donc l’offre de crédit immobilier que lui propose sa banque. Attend gentiment le onzième jours comme le prévoit la loi puis l’accepte en la signant et en la renvoyant au banquier.

Le bilan est donc positif de presque 10 000 euros : 6 000 euros sur le prix du pavillon et 3 600 sur le prêt immobilier.

Mr Dubois vient de faire ce que font chaque année des milliers d’accédants à la propriété. Aurait-il pu faire mieux ? La réponse est oui.

emprunteur important

encart assurance emprunteur

Explications : Si Monsieur Dubois avait bien relu son offre de prêt, il aurait vu qu’elle contenait des lignes, qui certes n’étaient pas écrites en gros caractères, elles  mentionnaient le fait qu’il avait aussi accepté une assurance emprunteur (Celle de la banque ou d’un partenaire assureur). Et qu’il avait le droit d’en choisir une autre sans que cela remette en cause le taux du crédit.

En clair : Il a signé à la la fois l’acceptation du prêt qu’il a négocié mais aussi  l’assurance du prêt qu’il pas choisie et encore moins négociée !!!  En principe son conseiller bancaire aurait du lui expliquer cela ! Mais, sachant que la banque gagne aussi beaucoup d’argent avec l’assurance emprunteur……

Qu’aurait-il dû faire ?

  1. Dès la signature de l’offre de prêt, il aurait pu contacter plusieurs assureurs et leur demander de lui faire une offre d’assurance emprunteur comprenant les mêmes garanties que celles du banquier.
  2. Puis sélectionner la plus intéressante et signaler au conseiller de la banque qu’il demandait une délégation d’assurance. (C’est à dire qu’il choisit d’assurer son prêt avec une assurance individuelle plutôt qu’avec l’assurance groupe de la banque).

Qu’aurait-il pu économiser ?

  • Tout dépend de l’âge de l’emprunteur, mais si l’on raisonne en moyenne, Mr Dubois pourrait se voir proposer par sa banque un TAEA (Taux annuel effectif d’assurance) de 0.35%. Soit 200 000 x 0.35% = 700 euros l’année. Ce qui représente des mensualités de 58 euros/mois.
  • Si Mr Dubois avait déniché une assurance emprunteur individuelle à 0.20% de TAEA. Elle lui aurait coûtée (200 000 x 0,20% = 400 euros l’année, soit 33 euros/mois.
  • Donc l’économie générée est de 58 – 33 = 25 euros/mois. (ou si vous préférez 6000 sut toute la duré du crédit !

commentaires

Nous avons pris l’exemple d’un emprunteur unique. S’il s’était agit d’un couple, avec un deuxième emprunteur, l’économie aurait été multipliée par deux.

Les taux d’intérêt et les TAEA mentionnés dans cet articles sont donnés à titre indicatif. Il faut savoir qu’ils varient en fonction de l’âge, de l’état de santé, et de divers facteurs (fumeur, non fumeur etc…).

Le but étant de vous faire prendre conscience du fait qu’il est maintenant possible de choisir l’assurance emprunteur que l’on veut, que c’est un droit et que le banquier ne peut pas s’y opposer ni vous pénaliser à cause de ce choix. Et surtout que les économies réalisables sont conséquentes.

BONNE NOUVELLE : Cependant si vous avez un crédit immobilier en cours de remboursement, rien n’est perdu puisque dès début 2018, il sera possible de résilier son assurance emprunteur pour souscrire une assurance emprunteur moins chère. Et ce à chaque date anniversaire du contrat.

Assurance emprunteur, les erreurs à ne pas faire
Rate this post
Publié dans Conseils et législation sur l'assurance emprunteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.